La justice jamais ne sera restaurée par le sang. Kira, L venez rejoindre l'un des deux clans, serez vous un Kira ou bien un enquêteur de talent tel que L ?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Can You Keep A Secret ? {PV : Chapi Chapo...

Aller en bas 
AuteurMessage
L
Justice,Sweets and Black bags
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 08/04/2009

MessageSujet: Can You Keep A Secret ? {PV : Chapi Chapo...   Sam 11 Avr - 19:39

    Les pièces montées.

    C’était souvent le symbole incontournable des fêtes importantes : baptêmes, mariages, communions… L avait commencé à entamer cette montagne de sucre voilà quelques heures. Le choix n’était pas anodin. Ce que le détective allait faire méritait bien un tel caprice. C’était une véritable entreprise qui avait germé dans son cerveau. Avant d’être le traqueur principal de Kira, L était un détective mondial et reconnu. Ce faisant, il était assez au courant des actualités criminelles et cela n’était pas à négliger car elles étaient la base même de ses réflexions sur Kira. Ce fut en faisant ses balades fastidieuses des ses yeux mornes sur les pages interminables d’Internet qu’il le trouva. Il se faisait appeler Le Chapeau Noir. Un tueur à gages comme il en existait beaucoup de nos jours à l’exception que celui-ci faisait partie de ce qu’on aurait pu appeler « l’élite ». Cela n’aurait pas du interpeller L plus qu’un autre criminel. A vrai dire, il n’acceptait plus de dossiers depuis qu’il s’investissait dans l’affaire Kira. La seule chose qui réveilla l’œil fatigué de Lawrence fut d’ailleurs ce scélérat prétentieux, oui, encore et toujours lui : Kira.

    Ce fut en fouinant sur la page internet de ce tueur à gages qui se voulait moderne que L tomba sur un de ses derniers contrats. On lui offrait une offre colossale pour abattre Kira. Son pouce vint instinctivement se coller sur ses lèvres et le jeune homme entra dans une réflexion importante. Il y avait un constat assez navrant à faire sur l’activité de L sur l’affaire du tueur en série numéro un : Il avait besoin de plus d’informations pour prendre de le prendre de vitesse et ainsi pouvoir mieux le surprendre… Et triompher. L’envie de contacter Le Chapeau Noir devint vite une obsession dans l’esprit de Ryûzaki. C’était une belle opportunité mais hélas très risquée. Ce n’était pas tellement le risque, finalement, qui inquiétait la petite tête de génie, c’était l’erreur. Il était prêt à énormément de choses pour surpasser les stratégies de son principal et unique adversaire, le bien nommé Kira. Il ne fallait pas qu’un seul pion renverse toute la partie qu’ils construisaient si minutieusement tous les deux. Il ne savait pas qui était Le Chapeau Noir et s’il était fiable. Il demanda expressément à Watari de faire toutes les recherches qui lui seraient utile. L’homme fut d’une efficacité non contestable comme à son habitude et L éplucha avec attention le dossier que Watari avait monté sur ce fameux tueur à gages. Il avait l’air d’emmener tous ses contrats à terme quels qu’ils soient, ce qui voulait dire qu’il essaierait probablement de débusquer Kira. Le regard de Ryûzaki se durcit, il avait du mal à imaginer que quelqu’un d’autre que lui soit apte à s’engager dans une lutte contre cet individu. Il était par contre beaucoup plus certain sur le fait que toute personne motivée pour l’arrêter serait un plus pour lui. Qu’importe qu’il nage dans des actions frauduleuses ou pas. Tout était bon à tenter tant que la réussite était à la fin.

    Un des choux de la pièce montée craqua sous la dent de L. C’était bien beau d’avoir ces pensées simplistes et candides mais cela ne lui apportait aucune certitude sur l’importance de la confiance qu’il devait porter envers Le Chapeau Noir. Il pouvait le trahir à tout moment. De plus, si Kira venait à apprendre qu’un tueur à gages était à ses trousses… L ne doutait pas de la faculté de Kira à remonter jusqu’à ce criminel. Le fait que l’homme meurt n’était pas un problème en soit, à part s’il était en collaboration avec lui, L. La tâche serait aisée pour Kira de remonter jusqu’à lui après. La trahison était une des faiblesses de l’homme la plus courante.

    Agir ? Ne pas agir ?

    L était homme méfiant mais profondément attiré par la prise de risque. Il fallait qu’il contacte ce Monsieur au chapeau comme le laissait suggérer son appellation.

    Un autre chou fut apporté à sa bouche avec une minutie exagérée. Etait-il possible aussi que le mail soit un faux pour faire croire que l’homme était prêt à tuer Kira. N’était-ce pas un manège audacieux pour tromper les gens et cacher ses vraies ambitions ? Comme servir Kira ?

    Malgré ses doutes, L mettait en relation son ordinateur avec la ligne téléphonique du tueur à gages. Ordinateur protégé et non dépistable, voix trafiquée évidemment. Lawrence étant soucieux de préserver son identité. Une simple confrontation téléphonique. Cela suffirait à juger s’il fallait donner suite à tout le plan qui s’était établi dans l’esprit du jeune premier. Tout était fastidieusement prévu. L’échec n’était pas permis. Watari à ses côtés, casque sur la tête lui fit un signe de la main pour dire que tout était opérationnel.

    Un bip… Ligne en attente.

    Deuxième signe de la main de Watari qui confirmaient qu'ils étaient maintenant en ligne. L ne laissa pas le temps au Chapeau Noir de s’exprimer :

    - Excusez l’heure tardive. Vous souviendrez-vous de moi, ou plutôt de la ‘faveur’ que je vous ai demandé ? Je suis le PDG de la société qui vous a demandé d’abattre Kira. Le versement de la somme indiquée a-t-il bien été effectué ? J’attends beaucoup de votre part Monsieur Le Chapeau Noir… Je m'inquiète du peu de résultat pour le moment. Quatre milliard de dollars n'est pas une somme dérisoire, me semble t-il...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Chapeau Noir
L'homme au chapeau noir
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 01/04/2009

MessageSujet: Re: Can You Keep A Secret ? {PV : Chapi Chapo...   Lun 13 Avr - 13:16

[Mouerf, un peu court u_u]

L'homme au chapeau noir était occupé à grignoter un crackers dans le deuxième salon du troisième étage. Il avait déjà mangé six cent douze crackers aujourd'hui, ce qui fait qu'il n'en était même pas à la moitié de sa ration journalière. Mais alors qu'il s'apprêtait à allumer sa télévision, il fut dérangé par un bruit inattendu. Le deuxième mouvement de la Symphonie Fantastique de Berlioz, l'une de ses œuvres musicales préférées... Et accessoirement, il s'agissait aussi de la sonnerie de son douzième téléphone portable, qu'il avait égaré la veille en commandant des pizzas... L'occasion rêvée de le retrouver! Il quitta son fauteuil et parti en quête de son téléphone portable... Il n'eut aucun mal à le retrouver, le téléphone étant tout simplement posé sur une table... Décidément, il était vraiment distrait. Il saisit le téléphone, l'approcha de son oreille et profita de la mélodie quelques instants. Il ignorait comment la personne qui l'appelait avait eue son numéro... Sans doute sur l'un des rares forums d'internet ou il l'avait laissé à ceux qui le lui avaient demandés. Bien sur, il avait pris ses précautions de manière à ce qu'on ne puisse pas le localiser: il n'était pas stupide. Mais tout de même... Il n'avait encore jamais reçu d'appels sur ce téléphone... Mais bon, après tout il ne risquait rien à décrocher, du moment que ça n'était pas la police ( ça aurait été fâcheux)... L'idéal aurait été qu'il s'agisse de Kira mais Le Chapeau Noir doutait fortement que cela soit possible, ça aurait été trop grotesque. Il engloutit trois crackers d'un coup puis décrocha finalement. Il n'eut rien le temps de dire, il était trop occupé à mâcher ses crackers de toute manière, la personne qui l'avait appelée ne lui en laissa pas le temps.


- Excusez l’heure tardive. Vous souviendrez-vous de moi, ou plutôt de la ‘faveur’ que je vous ai demandé ? Je suis le PDG de la société qui vous a demandé d’abattre Kira. Le versement de la somme indiquée a-t-il bien été effectué ? J’attends beaucoup de votre part Monsieur Le Chapeau Noir… Je m'inquiète du peu de résultat pour le moment. Quatre milliard de dollars n'est pas une somme dérisoire, me semble t-il...


L'heure tardive? Bigre! Le Chapeau Noir vérifia l'heure à sa montre. Décidément, quand il mangeait des crackers, il perdait la notion du temps... Il s'étonna que son client le rappelle... Généralement, ils ne lui disaient rien au cours de la mission. C'était suspect... Mais bon, certaines personnes agissaient de manière stupide... En tout cas, les paroles du PDG l'intriguaient... Pourquoi reparlait-il du versement? Évidemment qu'il avait été effectué, jamais un homme comme ça n'aurait laissé s'égarer une telle somme. Décidément, quelque chose clochait avec cet homme... L'histoire du versement n'était probablement qu'un prétexte pour aborder un autre sujet... Et pour qu'il l'appelle personnellement, ça devait être un sujet plutôt important. A moins que...


-Je n'ai pas envie de perdre mon temps en discussions inutiles. Il est évident que l'histoire du versement n'est qu'un prétexte, tout comme le fait que vous me reprochiez de n'avoir obtenu aucun résultat pour l'instant.. Vous savez, jusqu'à présent aucun de mes clients ne m'a jamais rappelé. Je m'étonne que vous fassiez exception à cette règle... En fait, je me demande même si vous êtes réellement le PDG de l'entreprise qui m'a engagée... Vous devriez savoir que je ne préviens jamais les gens quand j'accepte un travail. Alors comment avez-vous su que j'avais accepté? A cause de la somme? L'argent ne m'intéresse pas, vous savez... En fait, je crois que...

Le Chapeau Noir s'interrompit quelques instants, pour laisser à son interlocuteur le temps de réfléchir un peu... Il aimait faire attendre les gens, cela l'amusait... Et puis, ça lui laissait le temps de réfléchir. Il savoura avec délectation le silence qu'il entendait au bout du fil. Son "client" attendait qu'il finisse sa phrase... Bon allez, il n'allait pas le faire patienter trop longtemps. Il risquait de raccrocher ou de recommencer à parler... Faire durer le suspense trop longtemps pouvait se révéler stupide après tout...


-Je crois que vous n'êtes pas mon client. Vous êtes plus probablement un enquêteur chargé de m'arrêter... Et surement talentueux pour avoir réussi à avoir mon numéro... Ou alors, vous êtes un chanceux. Mais ce que je me demande, c'est pourquoi vous m'appelez... Probablement pas pour tenter de localiser ma position à partir de mon portable, vous savez très bien que ça ne fonctionnera pas... De plus, tenter de m'extorquer des informations par téléphone serait stupide... Donc j'en déduit que vous m'appelez en dehors de votre travail ou que vous n'êtes pas chargé d'enquêter sur moi... Mais dans ce cas, qui êtes-vous, monsieur de faux PDG?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L
Justice,Sweets and Black bags
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 08/04/2009

MessageSujet: Re: Can You Keep A Secret ? {PV : Chapi Chapo...   Ven 17 Avr - 0:13

    L enregistra dans sa mémoire la conversation avec beaucoup de minutie au fur et à mesure des paroles du Chapeau Noir et s’imprégnait de chaque mot. Malgré le flot de pensées assez incroyables qui s’entrechoquaient à l’instant dans le cerveau du détective, aucune expression faciale n’aurait pu le laisser deviner : il réfléchissait d’une façon stoïque assez remarquable. Dans une immobilité parfaite, ses yeux éteints fixant obstinément l’écran d’un des multiples ordinateurs qu’il possédait, L anticipait à outrance les événements, l’homme venait à peine d’entrer dans le jeu qui allait se dérouler entre eux deux que déjà le détective pensait à la fin de la conversation et au « après ». Tout se passait exactement comme il le désirait, il était étonnant de voir à quel point l’individu était semblable à un autre. Tous différents mais tous semblables. C’était peu être pour cela que le vocabulaire, toutes nations confondues, ne faisait pas preuve de beaucoup d’inventivité de ce côté-là : personne, individu, gens…

    Les paroles du Chapeau Noir paraissaient légèrement paradoxales pour la jeune personne qu’était L. En effet, si cela lui coûtait tellement de s’embarrasser à répondre à ce genre d’appels, pourquoi se donnait t-il la peine de le faire ? Simple politesse et vive curiosité sans doute. Et puis… Le Chapeau Noir ne connaissait-il pas cette expression si utilisée pourtant : Il y a toujours une exception qui confirme une règle. Bien entendu, il n’était pas le PDG de l’entreprise pour lequel il se faisait passer, mais quand même, Le Chapeau Noir avait l’air bien sûr de ses dires, cela cachait-il quelque chose ? L, l’art de toujours fouiner dans le moindre détail, même le plus inutile.

    Une attente.

    Tiens, un joueur. Mais l'énergumène qui s’amusait à cela allait tomber sur un os : L ne se laissait que difficilement battre sur ses terrains de prédilection. Il n’empêcha pas cependant, le petit amusement que cela semblait procurer à son interlocuteur et écouta la fin de sa tirade toujours dans ce calme inquiétant. L était légèrement surpris, en résulta un regard plus dur mais ce fut le seul mouvement, presque imperceptible, qui témoigna de sa très rapide incompréhension. Le Chapeau Noir allait vite en besogne. Plusieurs choses chiffonnaient L. Il jeta un regard vers la pièce montée déjà entamée devant ses yeux et se retint avec une force surhumaine de ne pas en attraper un, le bruit que cela produirait dans la communication ne serait pas judicieux, peu de personnes se permettaient de manger au téléphone. Autre regard à Watari qui lui fit un signe de tête pour lui affirmait que son plan était infaillible, qu’il fallait qu’il y aille sans se poser trop de questions. Il avait raison. Mais devait-il se donner la peine de justifier ses pensées ? Oui, sinon ils n’avanceraient pas et ce que voulait L c’était un résultat.

    - Je vous trouve bien sûr de vous. Ai-je seulement mentionné le fait que je savais si vous aviez accepté ou non la requête que je vous ai faite ? Je vous ai parlé d’une inquiétude devant le peu de résultat constaté. Mais je suis assez satisfait maintenant, vous venez de me donner la preuve que vous aviez accepté « le dossier ». De plus… Cher Chapeau Noir, si vous vous battez pour des idéaux que je ne suis pas en mesure de contester, l’argent que je vous offrais pouvait être optionnel et vous auriez très bien pu ne pas l’encaisser. Vous qui connaissez si bien l’informatique, vous étiez certainement en mesure de m’envoyer un mail pour m’expliquer tout cela. Vos explications sont bien hâtives et pourtant elles ont l’air de sonner vraies dans votre voix, cela trahirait-il une envie inavouable d’être en contact avec un enquêteur ?

    Tout cela avait été annoncé avec une voix monocorde qui ne se distinguait par un changement de ton à aucun instant, cela pouvait être perçu pour du mépris, de la nonchalance ou encore de la provocation. Cela n’était rien, L se contentait seulement d’exposer la vérité nue et souvent, c’était cela qui produisait le plus de conséquences, il en était conscient mais ne pouvait s’empêcher ce genre de choses : il le fallait pour atteindre ce qu’il convoitait.

    Court silence. Il fallait aller à l’essentiel maintenant.

    - Pour le numéro de téléphone, je voulais vous contacter et vous laissez vos coordonnées sur quelques obscurs forums. En suis-je coupable ? Non. Les yeux de L s’élargirent subitement avant qu’il ne continue sur sa lancée. Pourtant vous avez entièrement raison, je ne suis pas enquêteur. Je suis détective : Erald Coyle. Il n'y avait qu'une probabilité faible pour que le Chapeau Noir ne le connaisse pas sous cette identité. Vous connaissez sans doute mon amour pour l’appât du gain et il était normal que je veuille savoir où allait mon argent. Je ne ferai pas de détour : Je veux collaborer avec vous. Vous allez douter de mon identité comme je doute fortement de votre intégrité professionnelle et de votre dévouement à l’assouvissement de votre envie de justice. Titillement lancé sur un ton des plus neutres. C’est pour cela que je vais faire le premier pas vers une possible confiance. Le dernier dossier que j’ai traité avant de me consacrer à Kira. n’a pas encore été révélé aux informations. Une information lancée naïvement, "au hasard", il lui apprenait qu'il travaillait sur Kira.Trouvez un moyen de vous informer, l’arrestation de Robert Shefield, grand trafiquant de stupéfiants sera bientôt narrée au monde entier.

    L sentit une légère impatience le gagner, cela allait devenir intéressant. Vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Chapeau Noir
L'homme au chapeau noir
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 01/04/2009

MessageSujet: Re: Can You Keep A Secret ? {PV : Chapi Chapo...   Ven 8 Mai - 19:51

Le Chapeau Noir écouta attentivement ce que lui racontait son interlocuteur. Ou plutôt, il aurait voulu... En fait, il posa doucement le combiné du téléphone sur la table puis se dirigea vers un placard duquel il sorti un paquet de crackers. Comment avait-il fait pour tenir plus de deux minutes sans en manger? C'était une folie. Il en engloutit cinq en même temps puis retourna vers le téléphone. Il sentait déjà l'effet bénéfique que produisaient les crackers sur lui. Il était plus détendu, plus calme et se sentait prêt à affronter le pseudo-PDG qui venait de l'appeler. Il reprit le combiné et écouta ce que l'homme au bout du fil lui disait tout en mangeant des crackers.( Ce qui énervait généralement les gens avec qui il parlait, mais le besoin de crackers était trop fort pour tenter d'y résister) Il était arrivé juste à temps pour l'entendre dire qu'il n'était pas enquêteur et qu'il se nommait Erald Coyle... Un nom qui ne lui était pas inconnu... Mais étrangement, il n'arrivait pas à se souvenir à qui il appartenait. Pourquoi aurait-il entendu parler d'un détective tel que lui? Il devait être plutôt connu, mais il n'était pas très au courant de ce genre de choses. Pour lui, seul L était réellement dangereux. Tout en continuant à manger ses crackers, il tenta de comprendre les vraies motivations de celui qui l'appelait. Pourquoi voulait-il travailler avec lui? Et pourquoi continuait-il à prétendre travailler pour cette entreprise qui lui avait fourni sa mission? Certes, Le Chapeau Noir n'était pas en mesure de démontrer le contraire, mais il en doutait fortement. Et comment osait-il douter de son sens de la justice? C'était absurde. Les criminels, c'étaient ceux qui l'engageait, pas lui. Le prétendu Erald Coyle finit alors de parler en mentionnant le fait qu'il avait arrêté Robert Shefield. Jamais il n'avait entendu parler de lui, mais apparemment c'était un grand criminel. Mais peu importait après tout. La seule chose que souhaitait Le Chapeau Noir, c'était découvrir qui venait de l'appeler et pour quelle raison. Et faire avouer à cet homme ses vraies motivations ainsi que son identité allait être plutôt difficile, surtout par téléphone. Il prit un autre crackers puis se mit à parler.

"Monsieur Coyle... Sachez que je suis quelqu'un de très patient. Et je suis également quelqu'un de méfiant. De plus, je n'aime pas vraiment que l'on se moque de moi. Cependant, je pense que vous ne me donnerez pas les véritables informations qui m'intéressent. Alors je ne vous demanderait plus rien qui pourrait être confidentiel, ainsi vous aurez moins de raisons de mentir."

Il s'interrompit le temps de reprendre un crackers. Et accessoirement pour jouer sur le suspense... Il adorait ça. Et puis il tentait de trouver les bons mots afin de convaincre son interlocuteur d'accéder à la requête qu'il s'apprêtait à formuler. Enfin, de toutes manières, il y avait peu de chance qu'Erald Coyle, bien qu'il s'agisse probablement d'un faux nom, accepte. Mais bon, il fallait quand même essayer.

"Cher Monsieur Coyle... J'aimerais vous poser deux questions. Tout d'abord, j'ai beaucoup de mal à faire confiance à quelqu'un que je n'ai pas en face de moi. Utiliser un téléphone comme intermédiaire a toujours été quelque chose de farfelu pour moi, seuls les hommes d'affaires importants et stupides le font. Aussi, j'aimerais vous rencontrer, cela me permettrait de savoir si je peux vous faire confiance... Et viens alors ma deuxième question: aimez-vous les gâteaux Monsieur Coyle?"

C'était une question certes stupide, mais Le Chapeau Noir aimait savoir des choses sur les gens qui entraient en contact avec lui. De plus, les gens qui aimaient les gâteaux était généralement des gens qu'il trouvait sympathiques... Pourvu qu'il en soit de même avec cet homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L
Justice,Sweets and Black bags
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 08/04/2009

MessageSujet: Re: Can You Keep A Secret ? {PV : Chapi Chapo...   Ven 22 Mai - 11:56

    L entendit le bruit caractéristique du gâteau que l’on croque avec avidité, étant lui-même un fin connaisseur de la chose. Alors, l’homme ne pouvait pas attendre la fin de leur conversation téléphonique pour se goinfrer de denrées ? L, lui, faisait l’effort incommensurable de ne pas finir d’engloutir sa pièce montée qui lui faisait des clins d’œil alléchants. S’il le faisait, il y avait de fortes chances pour que Le Chapeau Noir le note et s’il intervenait en tant que L, il serait repérable entre mille. Ce serait mal jouer de sa part. Ainsi, il ne faisait qu’admirer avec envie ses choux enrobés de ce caramel si enviable.

    Il aurait pu rire, se moquer, soupirer ou encore raccrocher mais L était l’allégorie du marbre et seul son regard prit une teinte plus foncée, il n’était pas mécontent mais il n’avait pas envie de sauter de joie non plus. A vrai dire, L n’aimait pas sauter du tout, mais cela était une autre histoire. Il enclencha son micro pour répondre aux premières paroles du Chapeau Noir qui l’avait légèrement irrité, mais il n’en fit en aucun cas état et de sa voix trafiquée au possible et dans une neutralité des plus inquiétantes, il lui dit calmement :

    - Mon identité n’est aucunement falsifiée. Je ne comprends pas pourquoi vous vous entêtez dans votre raisonnement erroné et je ne me moque pas plus de vous que ne vous vous moquez de moi en refusant ma vérité.

    Il ne voulait plus lui poser de questions confidentielles. Soit. L aka Erald Coyle se demandait cependant ce à quoi le criminel ne pourrait répondre puisque hormis un de ses pseudonymes qu’il avait galamment donné, il lui avait dit exactement ce qu’il voulait de lui. L eut une envie très forte de soupirer mais resta complètement immobile, comme à son habitude. Evidemment que son identité serait toujours une fausse. Même L, n’était pas une vraie identité. L n’était même pas une personne à proprement parler, tout autant que toutes ses autres appellations. Ils n’étaient juste qu’une facette de sa personnalité complexe qu’il aimait explorer. Maintenant, au Chapeau Noir de croire ce qu’il voulait, mais cela ne ferait que retarder le moment qu’ils attendaient tout deux.
    Il voulait le rencontrer. Evidemment. Et bien, il serait servi. L n’était pas homme à refuser un marché quelqu’il soit.

    - Il n’y a aucun problème Le Chapeau Noir, si voir seulement mon visage peut vous rassurer, alors soit. Laissez-moi deux semaines pour tout préparer et je vous recontacterai sans faute.

    Deux semaines, cela faisait court pour élaborer un plan. Mais il serait prêt. Il était L après tout, son cerveau manigancer déjà mille et un stratagèmes pour être prêt, le jour donné. Il trouva la deuxième question atypique mais y répondit toujours dans ce ton qui aurait pu faire mourir un mort :

    - Qui n’aime pas les gâteaux ?


{Toutes mes excuses pour la longueur…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Can You Keep A Secret ? {PV : Chapi Chapo...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Can You Keep A Secret ? {PV : Chapi Chapo...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Secret tech pouisssante?
» Casse tête code secret
» Les secret de la 7eme mer
» Un GMI dans Secret Story
» le secret des elfes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note Renaissance :: Death Note Renaissance :: Communications :: Communications par Téléphones-
Sauter vers: